Podcast Le Chat Peter #3 : Promenons-nous tant que la mort n’y est pas – Mélanie Desforges

par | 14 Sep 2021 | Le Chat Peter | 0 commentaires

Promenons-nous tant que la mort n'y est pas - Mélanie Desforges

par Imaginatiou | Le Chat Peter

Pour ne pas rater un épisode, voici le lien du flux RSS du Podcast Le Chat Peter:

https://anchor.fm/s/67112350/podcast/rss

Il vous suffit de le copier dans votre lecteur de podcast favori et le tour est joué !

Cette écoute vous a plu ? Vous avez envie de lire la suite ? Vous pouvez vous procurer le recueil de nouvelles de Mélanie ici:

Promenons-nous tant que la mort n’y est pas

Retrouvez Mélanie et son univers sur son site Internet Mélanie Desforges Auteur ou son compte Twitter @l_allee .

Pour ceux que ça amuserait de refaire l’exercice de diction de fin de podcast, les phrases étaient les suivantes :

  • « À six sous le saucisson sec, ça fait trente-six sous les six saucissons secs. »
  • « Bonjour madame Sans Souci, combien sont ces six cent six saucissons-ci ? Ces six cent six saucissons-ci sont six sous. Six sous, ces six cent six saucissons-ci ! Si ces six cent six saucissons-ci sont six sous, ces six cent six saucissons-ci sont trop chers. »

Si vous êtes fier de votre prestation, ou au contraire si elle vous a fait bien rire, et si vous avez eu la judicieuse idée de vous enregistrer, n’hésitez pas à m’en faire part via les commentaires ou sur le formulaire de la page contact. Possible que je fasse un épisode spécial avec vos exploits.

 

À très vite pour un autre épisode du Chat Peter, mais d’ici là, lisez Promenons-nous tant que la mort n’y est pas !

Mon avis sur « Promenons-nous tant que la mort n’y est pas » de Mélanie Desforges

Pour la petite histoire, j’ai découvert la plume de Mélanie Desforges en lisant son premier roman Le dernier souffle: Tome 1 – L’effondrement. J’aurais adoré pouvoir vous lire le premier chapitre de ce livre, tellement je l’ai apprécié. Seulement la narratrice, Chris, est une femme, ce qui coince avec mon timbre de voix.
Je me suis rabattu sur le recueil de nouvelles « Promenons-nous tant que la mort n’y est pas » d’abord parce que je voulais absolument lire cette plume que j’apprécie beaucoup, mais aussi parce qu’il est atypique. Sans en dévoiler trop, on pourrait penser que les nouvelles existent seules et peuvent être lu de manière indépendante (pour la plupart), mais il y a tout de même un fil rouge assez fort.
Je vous laisse le découvrir !

En définitive, Mélanie arrive à nous surprendre régulièrement avec des retournements de situation, il y a évidemment de l’horreur, de l’effroi, et du suspens, mais le tout avec beaucoup d’aisance.

Allez lire Promenons-nous tant que la mort n’y est pas.

Et si vous l’avez déjà dévoré, n’hésitez pas à vous procurer Le dernier souffle: Tome 1 – L’effondrement, la plume de Mélanie est encore plus mature, et pour ma part j’attends avec impatience le Tome 2.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *