Inktober Jour6: RODENT (Rongeur)

par | 6 Oct 2020 | Inktober 2020

6 octobre: RODENT (Rongeur)

 

Jour 28.

La situation est stable. L’Alpha a finalement été accepté. C’est Twick, mais on s’en doutait, il fait bien deux fois notre taille, à nous autres. À se demander si sa mère ne l’a pas nourri avec la viande des autres membres de sa portée, plutôt qu’allaité. Ce n’est pas juste, mais je n’ai pas mon mot à dire. Je suis un Oméga. Je proteste au fond de moi, je ne suis pas tranquille avec la situation, mais tant qu’il sera entouré de tous ces Bêta bêtas, aucun Oméga ne peut tenter quoi que ce soit. Pas encore du moins.
L’avantage, c’est que maintenant que les bagarres sont terminées, on a tous accès à l’eau et la nourriture, sans gâchis. Mais dans l’ordre. Je n’aime pas l’ordre. Pas celui-là.

 

Jour 30.

Une des blouses blanches s’est à nouveau approchée de notre cage retranchée. Il a réussi à l’ouvrir. Les anciens n’avaient pas fait du si bon boulot en forgeant ces barreaux. À croire qu’ils ont laissé une ouverture exprès pour laisser passer la pince rose de ces intrus. La dernière fois c’était pour amener Twick dans la population, avec deux ou trois Bêta. Une plaie. Quel problème nous ramène-t-il maintenant ? Il a touché à notre approvisionnement en eau. Il a rajouté une fontaine. Je n’aime pas ça. Je n’aime pas le changement en règle générale, certes, mais là ça fait beaucoup. D’abord la brute, ensuite la flotte… J’espère qu’on va toujours pouvoir boire à notre vielle source. Pas confiance, moi.

 

Jour 31.

J’en étais sûr. Y’a quelque chose qui cloche avec l’eau. Twick en a pris, suivi de ses bêtas. Ils ne peuvent plus s’en passer. Ils n’arrêtent plus de boire à cette source. Nous Oméga, sommes plus intelligents. On n’y a pas touché, et on va bien. À suivre.

 

Jour 32.

Gros, gros problème. Je suis le seul à être resté sobre. Les autres Oméga se sont servis de l’eau contaminée… Minus m’a dit que c’était pour confirmer mes théories. J’ai acquiescé, puis quand il a voulu en reprendre, j’ai tenté de l’en empêcher. C’était devenu un dément. Accro. Je n’ai rien pu faire pour le sauver. Résultat, tous les rats sont contaminés. Je suis le seul lucide. Je ne me blâme pas. Je savais bien que j’étais le seul à être le plus évolué. Même les femelles s’y sont mises. Toutes camées. C’est la déchéance de ma race. La cage 34 n’y survivra pas. J’ai eu l’occasion d’observer en détail les sources. Sur la contaminée, il est marqué « cocaïne ». C’est avec ça qu’ils nous déciment. De la coke. J’imagine qu’on était devenus trop gênant en tant qu’espèce pour les blouses blanches. Trop évolués, ils avaient peur, et dans cet état d’esprit, ils ont préféré nous éliminer. C’est plus facile de détruire ce dont on a peur, plutôt que d’essayer de le comprendre.
Je les déteste, mais en tant que scientifique, j’aurais fait pareil. Ils sont bons.

 

Jour 33.

J’ai tenté des choses pour nous sauver aujourd’hui. J’ai d’abord fait courir le bruit que la seconde source était aussi contaminée, histoire de les faire revenir vers l’eau normale par leurre. Ça n’a pas pris, ils ont goûté et sont vite revenus à l’autre. Bande de camés !
J’ai donc chopé Minus, et je l’ai empêché d’atteindre la flotte. Il n’était pas content, oh ça non ! Il m’a mordu. J’ai eu peur d’être contaminé à mon tour. Je l’ai lâché… Il est retourné se gaver de coke…
Je ne sais plus quoi faire. Ils arrêtent de s’alimenter. On se dirige vers l’extinction à grands pas…

 

Jour 34.

C’est étrange. Il ne s’est rien passé de spécial – du moins pas selon mes propres observations – mais la situation semble s’améliorer… Twick s’est remis de lui-même à boire de l’eau pure, et à se nourrir normalement. Il retourne profiter du coin chaud de la cage. Comme par désintérêt. Son exemple a permis à d’autres Bêta de se sortir aussi de cette impasse. Par contre, les Oméga n’ont pas l’air d’être sortis d’affaire. Peut-être le côté rebelle de l’Oméga qui n’arrive pas à s’adapter à l’Alpha, qui l’empêcherait de le suivre dans son sevrage… ? Ce serait un comble.

 

Jour 35.

C’est bon, on est sorti d’affaire. Les Oméga aussi sont revenus vers la source propre. Bon… Sauf Minus, lui, je crois qu’il est vraiment accro… Mais pour les autres : Cage 34 for ever ! On ne nous éradique pas aussi facilement. Je le savais depuis le début !
J’ai des conclusions à apporter. Mon étude est finie. Je pense qu’on peut dire que l’addiction à la cocaïne chez les rats – ce vil attentat des blouses blanches –, ne se produit pas si nous avons un environnement sain qui nous entoure. Par sain je veux dire en termes de nourriture, de distraction et de stabilité dans la hiérarchie.
C’est peut-être le moment pour moi, Cortex, de tenter ma chance pour la place de mâle Alpha… Ce camé de Twick doit encore être affaibli par son fix… Nan ?

 

Pour en savoir plus:

Cette histoire est librement inspirée de cette publication sur les tests d’addiction des rats à la cocaïne :

How to make a rat addicted to cocaine.

Les conclusions du nar-rat-eur (haha) sont assez proches de celles des auteurs de la publication. Les rats peuvent être addicts à la cocaïne, au même titre que les humains, mais l’addiction ne se développe que si l’environnement n’est pas sain, et que le rat n’a pas tout ce qu’il désire.

 

La hiérarchie au sein des rats est bien celle décrite. Un mâle Alpha bien accepté par les mâles Bêta, et des mâles Oméga plus solitaires, moins à l’aise avec cette situation. Pour en savoir plus, lisez cette revue :

Ecological validity of social interaction tests in rats and mice

Lire un autre article:

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.